La vie dans une goutte d’eau

Du renfort à l’Observatoire

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

Depuis ce début d’année, l’Observatoire accueille dans ses locaux deux nouveaux arrivants, un service civique et une stagiaire.

Du sang neuf pour quelques mois

Dihya Amhis, stagiaire pour quatre mois sur différentes périodes et Corentin Cariou, service civique jusqu’au mois de Septembre, sont tous deux arrivés en début d’année. Dès la première semaine ce fut un « plongeon » dans la goutte d’eau afin de faire connaissance avec le monde planctonique, puis ils se sont concentrés sur leurs objectifs de missions.

Des activités et recherches diversifiées

Du même âge et quasiment du même cursus scolaire scientifique, ils n’ont néanmoins pas du tout les mêmes missions. La diversité des actions de l’Observatoire a permis aux nouveaux venus de toucher à des thématiques bien distinctes :

 – l’analyse et le comptage des populations phytoplanctoniques qui se développent sur les plastiques pour l’une,

– sensibilisation auprès des pêcheurs à pied pour l’autre.

 Ces missions concernent particulièrement de nouvelles actions mises en place depuis seulement un an par l’Observatoire.

…L’une pour le plastique…

Dihya est donc chargée de réaliser un protocole sur l’évolution des populations phytoplanctoniques sur du plastique polyéthylène (PE) en Petite Mer de Gâvres et en Rade de Lorient. Sa mission comporte de l’identification, du comptage et des analyses physico-chimiques des eaux de surface et de profondeur (de 8 mètres). Cela permet une meilleure compréhension du développement des planctons végétaux sur le plastique, et ça sur deux périodes différentes de l’année, avec une population hivernale et printanière. La collecte des données se fait à partir de petits morceaux de plastique d’un cm2 disposés en nombre dans des viviers sur différents sites.

…Et l’autre pour la pêche à pied

Corentin, lui, en plus de participer aux diverses activités de l’Observatoire, a pour mission d’encourager la préservation de l’environnement et ce, plus particulièrement, dans la Petite Mer de Gâvres avec les pêcheurs à pied de loisirs. Pour cela, il réalise des enquêtes sur le terrain, il travaille sur les données récoltées et même sur la création de futurs panneaux pédagogiques.

Corentin Cariou, rentrant les données recueillies lors des marées d’enquête sur le site d’ESTAMP
Dihya Amhis, identifiant et comptant le phytoplancton sur des échantillons de polyéthylène

Inscrivez vous à l'Echo... pépode

Recevez chaque mois les actualités de l’observatoire du Plancton et une sélection d’articles pour découvrir et comprendre la vie dans une goutte d’eau…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous en voulez plus ?

Restons en contact !

Contactez nous !