La vie dans une goutte d’eau

La daphnie, témoin de la qualité des milieux aquatiques

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

Un petit crustacé d’eau douce

Des petites flaques temporaires aux lacs, la daphnie se retrouve partout! C’est un petit crustacé mesurant d’un à quatre mm est assez discret mais facilement discernable dans l’eau. Nageant à la verticale grâce à ses deux grandes antennes ciliées elle se déplace souvent en groupe de plusieurs dizaines d’individus.

On la reconnaît aisément à son aspect ovale, à son œil unique et à ses battements incessants qui lui permettent d’évoluer dans la colonne d’eau. Son œil est protégé par une partie de sa carapace, il lui sert à capter les rayons du soleil afin de se repérer.

Les daphnies sont attirées par la lumière : faire de l’ombre avec sa main au-dessus de l’eau les fait fuir et une lampe de poche la nuit les attire. Sensibles à de faibles intensités lumineuses, elles font partie des espèces perturbées par la pollution lumineuse.

Une espèce témoin de la bonne qualité de l’eau

Lorsque des daphnies nagent paisiblement dans leur milieu, que ce soit une flaque ou une mare, c’est signe d’une bonne qualité de l’eau du milieu, on dit de la daphnie que c’est une espèce bio-indicatrice !

Dans le cas contraire, si quelque chose vient perturber ce fragile équilibre que demandent ces crustacés, elles disparaissent aussitôt ou du moins, leur population régresse en bonne partie. C’est le cas si des insecticides arrivent dans leur milieu par lessivage des sols dû aux pluies ou si les propriétés chimiques de l’eau change. Elle est utilisée lors d’études d’écotoxicité afin de qualifier la qualité d’un milieu aquatique.

La daphnie est essentielle dans son milieu, elle oxygène les eaux stagnantes grâce à ses battements permanents, elle mélange les différents gradients thermiques de l’eau et les phytoplanctons en les consommant. Elle est également la base de nourriture de nombreux alevins carnivores comme la perche ou le brochet, elle joue aussi un rôle majeur dans le cycle des nitrates et des phosphates et donc en matière d’auto épuration des eaux stagnantes.

Une technique particulière de survie

Lorsque malheureusement leur milieu se dégrade par exemple en se desséchant, comme les mares temporaires lors des périodes de chaleurs, les daphnies produisent et libèrent des œufs assez particuliers. Bien que le milieu s’assèche, ces œufs, ou cystes, vont résister à l’absence d’eau et même à la chaleur, et ainsi attendre le retour de l’eau qui les activera et permettra aux futures daphnies de recoloniser le milieu! Cette technique que les daphnies et d’autres crustacés comme les copépodes maîtrisent s’appelle la diapause, et permet à ces populations d’assurer une descendance et une pérennité à leur espèce.

Plus d’information sur la daphnie sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Daphnie

Inscrivez vous à l'Echo... pépode

Recevez chaque mois les actualités de l’observatoire du Plancton et une sélection d’articles pour découvrir et comprendre la vie dans une goutte d’eau…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous en voulez plus ?

Restons en contact !

Contactez nous !