La vie dans une goutte d’eau

Le plancton au Salon Nautique de Paris

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

Objectif Plancton, programme de science participative dédié au plancton côtier breton, a dévoilé en exclusivité au Salon nautique de Paris, son rapport d’activités 2020-2021 et ses premiers résultats !

Un programme de science participative dédié au plancton côtier

Le programme de science participative Objectif Plancton, coordonné par Océanopolis Brest, vise à étudier le plancton côtier en rades de Brest et de Lorient ainsi qu’en baie de Concarneau. Ce projet à dimension régionale réunit scientifiques, plaisanciers, médiateurs scientifiques et grand public pour contribuer à la connaissance de l’océan.

Ce programme est unique car il permet d’acquérir des séries d’observations et de mesures qui traitent à la fois des variations spatiales à petite échelle et des variations temporelles de la diversité planctonique, végétale et animale, en milieu côtier. La participation des usagers de la mer est un volet essentiel et original de ce programme de recherche scientifique alimenté par une initiative écocitoyenne.

Ce projet collectif contribue à améliorer la connaissance des écosystèmes côtiers et à créer de nouveaux liens entre la science et la société.

C’est Antoine Charpentier, notre chargé de missions scientifiques, qui s’est rendu à Paris pour représenter l’observatoire et expliquer aux côtés d’Océanopolis l’intérêt de ce projet de science participative !

Il aura notamment présenté le déroulé d’une journée de prélèvement, l’utilisation des différents outils scientifiques et répondu à diverses questions concernant les premiers résultats !

Une initiative écocitoyenne au service de la science

Les premières opérations de collecte de plancton réalisées en rades de Brest et de Lorient avaient pour objectif de sensibiliser le grand public à l’importance du plancton dans l’océan.
Les spécialistes de ces microorganismes s’intéressent alors à cette approche citoyenne et y voient une façon de répondre à leurs questionnements scientifiques : réaliser des prélèvements simultanément à différents endroits au sein d’un même écosystème.
Océanopolis, Centre national de culture scientifique dédié à l’Océan, construit alors un véritable programme de science participative sur 3 sites côtiers bretons avec différents partenaires scientifiques : l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM / UBO), l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et la Station Marine de Concarneau (Muséum national d’Histoire naturelle / Sorbonne Université).

Pourquoi Objectif Plancton ?

Lors de ces temps d’échange et de communication, les différentes questions auront permis de transmettre les différents points qu’apporte Objectif planton :

  • Un programme unique pour améliorer notre connaissance des environnements côtiers.
  • Un collectif engagé pour sensibiliser le grand public sur le rôle fondamental du plancton.
  • Les premiers résultats scientifiques obtenus montrent plusieurs axes intéressants, ils seront enrichis par la poursuite des collectes au cours des prochaines années permettant d’étudier et de comparer les variations des communautés planctoniques sur le long terme ! (Extraits de publication Facebook d’Océanopolis)

Les échelles de temps caractéristiques du fonctionnement de ces écosystèmes se comptent en années. La mise en place de systèmes d’observations sur le long terme est donc indispensable pour permettre de détecter des changements au niveau de l’évolution des habitats, ou de la biodiversité. Objectif Plancton contribue ainsi à apporter de précieuses informations aux scientifiques sur l’état et la dynamique des populations planctoniques en milieu côtier.

Trois lieux de collecte et de nombreux participants

Les opérations de collectes sont organisées et accompagnées par des structures de médiation scientifique présentes sur chaque site : l’Observatoire du Plancton à Port-Louis près de Lorient, le Fonds Explore à Concarneau et Océanopolis à Brest.

En rade de Brest, environ 40 bateaux participent assidument aux collectes qu’il s’agisse de membres de l’Amicale des plaisanciers brestois, du Centre d’Instruction Naval qui met à disposition de ses élèves un voilier pour participer à la collecte ou encore de la SNSM. En baie de Concarneau, ce ne sont pas moins d’une trentaine de bénévoles qui s’impliquent pour Objectif Plancton qu’ils soient particuliers ou membres d’association comme : Les Glénans, Marche Avec , Ansel, Astrolabe Expéditions ou encore le Centre Nautique de Fouesnant Cornouaille.
À Port-Louis, le Club nautique des minahouet de Locmiquelic, l’Association des Pêcheurs Plaisanciers de la Région de Lorient, et l’Amicale des pêcheurs plaisanciers de Port-Louis collectent régulièrement du plancton à bord d’une dizaine de bateaux.

Consultez le rapport d’activité Objectif Plancton

Les premiers résultats du programme

Les premiers résultats scientifiques obtenus montrent plusieurs axes intéressants. Ils seront enrichis par la poursuite des collectes au cours des prochaines années permettant d’étudier et de comparer les variations des communautés planctoniques sur le long terme.

Les études menées sur les algues toxiques faisant partie du phytoplancton ont démontré l’existence de variations fortes et rapides de la distribution spatiale de ces espèces en rade de Brest aux échelles saisonnières et interannuelles.
Il existe donc bel et bien une variabilité spatiale et temporelle des communautés phytoplanctoniques en rade de Brest. Les scientifiques observent un changement d’espèces dominantes entre 2014 et 2020, avec une abondance plus marquée des diatomées en 2020 ainsi qu’une répartition spatiale hétérogène avec des groupes phyoplanctoniques dominants. Cette répartition spatiale est corrélée à des paramètres environnementaux tels que la température, la salinité et les nutriments.

Quant aux recherches sur les larves de poissons (ichtyoplancton), les scientifiques ont pu identifier, entre 2015 et 2020, 850 larves différentes distribuées entre les trois sites. Ils ont également mis en évidence la forte prédominance de larves de daurades grises en rade de Brest, de cténolabres en baie de Concarneau et de gobies en rade de Lorient.

Source : dossier de presse « Objectif Plancton » Décembre 2021

Inscrivez vous à l'Echo... pépode

Recevez chaque mois les actualités de l’observatoire du Plancton et une sélection d’articles pour découvrir et comprendre la vie dans une goutte d’eau…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous en voulez plus ?

Restons en contact !

Contactez nous !